Concert - La communication dans le spectacle
Communication & marketing,  Mes articles

La communication au quotidien – Dans le spectacle3 min de lecture

La communication n’est pas qu’une affaire de marques. Elle est présente au quotidien, dans toutes nos interactions, et est primordiale pour se faire comprendre au mieux et entretenir des relations a minima cordiales.
Pour affirmer qu’une communication est réussie, il faut mesurer la réponse du public en face : celle-ci est primordiale. Communiquer ne suffit pas, il faut faire réagir les personnes à qui l’on s’adresse. Pourquoi certaines marques pratiquent-elles volontairement le bad buzz ? Pour que les internautes réagissent et que l’on parle d’elles.   

Dans toute forme de communication, on recherche un aller-retour, un échange. Le politique souhaite que le citoyen réagisse favorablement et vote pour lui. La marque souhaite que le prospect devienne client. Que les internautes réagissent positivement pour gagner en visibilité et en visibilité positive. L’association souhaite que les personnes soient émues et en finalité fasse un don. Et un artiste attend du public qu’il crie, chante et danse. 
J’aimerais donc prendre aujourd’hui l’exemple de cette « industrie » particulière : celle du spectacle (je mets le mot entre guillemets car je n’aime pas ce terme pour parler d’artistes). Lorsqu’un musicien entre sur scène, un instant magique se crée : une communion avec le public, une interaction toute particulière. Du moins, c’est ce qu’il est censé se passer…

Je suis allée à un concert récemment, au Zénith. Une salle que j’aime beaucoup, où j’ai vu mon premier concert de rock, hors festival. Le groupe arrive sur scène, avec une belle entrée. Une musique qui envoie, un jeu de scène années 70. Mais le public reste assez stoïque. Dans les gradins, personne ne se lève. Il faut attendre 20 à 30 minutes avant la fin pour que quelques personnes se bougent. Je vois des gens affalés sur leur siège, abrutis, le téléphone à la main pour prendre des vidéos du concert – ce qui touche un autre problème, celui de la déconnexion des gens due à une sur-connexion, mais ce sujet peut remplir des livres et des livres d’analyse sociologique. Entendons-nous : bien sûr, il y avait une certaine ambiance, bien sûr un certain nombre de personnes réagissaient, mais pas autant que l’on aurait pu croire.

Et je ne comprends pas : deux semaines plus tôt, j’ai assisté à un concert de rock à l’Elysée Montmartre. Un petit groupe anglais qui envoie bien. On sentait une harmonie dans le public, tout le monde était imprégné de l’ambiance. Et là, j’ai l’impression de voir des zombies. Lorsqu’on se rend à un concert – qu’on paye pour – c’est qu’a priori on aime la musique en question, qu’elle nous transporte, et que l’on tient à la voir en performance live. Je suis toujours déçue quand un groupe ou un artiste ne communique pas assez avec le public, lorsque leur performance est très statique, quand ils ne se donnent pas à fond – et là je peux comprendre l’absence de réaction du public car la communication de base est mauvaise. Mais quand ce n’est pas le cas, que l’artiste se donne, que la musique suit, j’attends un minimum de réponse du public ! Pour moi, il doit exister une vraie communication entre l’artiste et ses fans. Un vrai échange.

Voici la preuve qu’on peut donner le meilleur de soi mais que cela ne suffit pas : pour qu’une communication, quelle qu’elle soit, fonctionne, il faut un aller-retour.

Mais il faut croire que, parfois, le problème ne vient pas uniquement de la qualité de la communication, mais du retour que les personnes ciblées font. De leurs réactions. Et, à ce concert, j’ai été désagréablement surprise du manque de réaction du public. 

facebook
Twitter
Follow

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :