Article sur Facebook
Communication & marketing,  Communication digitale,  Mes articles

Facebook est mort, vive Facebook !3 min de lecture

Lorsque j’étais en cours de Community Management, il y a de cela bien des lunes, notre professeur disait “Facebook va bientôt mourir”. Je restais quelque peu sceptique face à cette affirmation, et il semblerait que mon instinct ne m’ait pas trompée.

Retour à mes premières amours du digital : le social media (en réalité, mes premières amours seraient plutôt l’HTML, mais c’est une autre histoire).

Le géant de la comm’ digitale a réussi son pari : ne pas mourir. Et prendre encore plus d’ampleur.

On voyait le ralentissement de la plateforme comme le début de la fin.

Et non ! Facebook a su rebondir. Instagram et WhatsApp sont les deux raisons principales de ce renouveau. Si une partie de la population a déserté le réseau premier, il a encore de beaux jours devant lui. Car il propose des fonctionnalités que les autres n’intègrent pas forcément.

Groupes, événements, collectes de fonds… L’entreprise ne fait que se renouveler.  

Hyper réactive, elle a mis en place le bouton “safe” lors des derniers attentats. 

On a également sous-estimé l’influence de la plateforme lors des dernières élections américaines. 

Facebook est un outil puissant et les marques peuvent difficilement s’en passer. L’entreprise pousse à la consommation de publicités en priorisant les contenus privés et des groupes : elle pousse les marques dans leurs retranchements, les pousse à innover.

L’audience est là. Fin 2019, le géant américain revendiquait 2,5 milliards d’utilisateurs actifs chaque mois, soit 7,8% de plus que 2018 (source : le  Journal du Net).

Mais, pour calmer les esprits concernant les biais du réseau et l’utilisation des données personnelles, Facebook a décidé de pousser les contenus de profils et de groupes : pour qu’un contenu de marque apparaisse dans les fils d’actualité des gens, deux solutions. 

La première, plus difficile, en organique, nécessite une forte visibilité de la publication via beaucoup d’interaction et notamment le partage – ce qui fait que, le contenu étant partagé par un profil, il apparaît comme publication d’un particulier et non d’une marque. La deuxième, la publicité. Et, s’il on peut mettre peu de budget pour être visible, s’il on veut que les personnes interagissent réellement avec la publication, il faut faire la différence, accrocher l’oeil, et donner envie aux internautes de cliquer.

Facebook reste le réseau social n°1, suivi par sa messagerie – Messenger, et en 4è et 5è position, nuls autres que WhatsApp et Instagram. Ce que le groupe a compris : la prédominance de la communication entre les gens, qui passe devant la communication avec les marques. Si Messenger arrive n°2 et WhatsApp n°4, ce n’est pas un hasard. Dans tout cela, les marques se battent pour avoir une audience, et Facebook s’en donne à coeur joie pour être le premier gagnant de cette bataille. 

Il va sans dire, le réseau a encore de beaux jours devant lui : il a su se renouveler, s’adapter, et attirer utilisateurs et marques. Avec une telle audience, pas étonnant que ces dernières se fassent la guerre pour l’attention des internautes. Et ceux qui gagneront seront les plus malins, ceux qui arriveront à intéresser et à surprendre.

facebook
Twitter
Follow

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :