Mes articles

Communication responsable4 min de lecture

Aujourd’hui, de plus en plus de marques (et même quelques agences) prônent une communication plus responsable. Serait-ce la fin du consumérisme à outrance et du marketing sans scrupule ?

Ce n’est pas un secret, nous vivons dans une société de consommation. Mais celle-ci est de plus en plus remise en question, en grande partie pour des raisons environnementales. En effet, nous savons que nous produisons trop de déchets, que nous ne recyclons pas assez, et que beaucoup de produits de consommation courants finissent dans la nature, à polluer. 

Nous consommons en ligne et non en cycle, à l’inverse de la nature. L’homme est tout simplement en train de détruire son habitat au fur et à mesure des années. Malgré de nombreux rappels à l’ordre, de nombreuses études, les faits qui se posent devant nos yeux, nous continuons à ne pas prendre assez de mesures.

La publicité, un frein à l’écologie ? 

Dans cet état de fait, les marques et la publicité ont été pointées du doigt : vous prônez le consumérisme, vous allez dans le sens de la destruction de la planète.

Certaines marques ont donc décidé de prendre de vraies mesures (d’autres uniquement de jouer sur de la communication, mais certaines avec un vrai parti pris). Un exemple frappant et ancien, un des premiers à avoir été à l’encontre de notre façon de consommer, est Patagonia : toute l’histoire de la marque repose sur la production et vente de produits durables, avec une première campagne environnementale dès 1988. Lors du Black Friday, elle ne propose pas de grosses réductions mais la réparation de ses produits. 

Des marques engagées

Aujourd’hui, de nombreuses marques produisent des baskets à partir de plastique recyclé. En août 2019, un Fashion Pact a même été signé entre 56 entreprises, s’engageant ainsi contre le réchauffement climatique, pour la restauration de la biodiversité et pour la protection des océans.

Si le chemin est encore long, que des marques avec une grosse force de frappe s’engagent pour l’environnement est essentiel pour préserver notre planète. Il est possible de faire du chiffre tout en ne polluant pas. Il est possible de consommer tout en pensant à la nature. Pensons recyclage, pensons réutilisation, ne pensons pas toujours à uniquement acheter sans réfléchir. 

Communiquer et être responsable

Certaines agences de publicité s’engagent également en ce sens, pour accompagner les marques dans une communication plus responsable : il est possible d’allier ces métiers à la responsabilité citoyenne.

Faire la promotion de produits ne signifie pas forcément promouvoir le consumérisme. Sauver l’environnement ne passe pas par un “zéro consommation” mais par tendre vers un “zéro déchet”. Je dis bien “tendre vers” : il est très difficile d’arriver à ne rien jeter, bien entendu, mais nous pouvons limiter nos déchets. On peut commencer par acheter moins mais mieux, par recycler ce dont nous ne voulons plus, par consommer plus raisonnablement. 

En cela, la communication peut aider : en sensibilisant les gens à une autre façon de consommer. Les marques ne seront pas pénalisées si elles prennent le tournant écologique : au contraire, elles y gagneront. Nous y gagnerions tous. 

Vers une nouvelle crise écologique ? 

Regardons la situation aujourd’hui avec la crise sanitaire : la France compte plus de 67 millions d’habitants. Admettons que chaque personne porte un masque par jour (certains ne le changeant pas, d’autres utilisant des masques en tissu) : 67 millions de masques jetés tous les jours. Un masque pèse entre 4 et 5 grammes. Cela fait 301,5 tonnes de détritus par jour, pour la France seulement ! On peut voir ce chiffre à la baisse car tous les enfants ne portent pas de masque mais nous jetons des centaines de tonnes de masques par jour. Que faisons-nous de ces déchets ? Certaines entreprises se positionnent pour proposer un recyclage de ceux-ci, mais combien d’usines dédiées faudrait-il pour venir à bout de tout cela ?

Petite parenthèse : en France notamment, plusieurs scandales ont surgi ces dernières années par rapport au tri des déchets. Des compagnies devant s’occuper du recyclage ont finalement largué les poubelles dans des pays telle que la Malaisie, polluant un autre pays, mais ne réglant pas le souci. Il est nécessaire de trouver une vraie solution de recyclage et non pas de reporter le problème ailleurs… (Sans mentionner le côté éthique : les pays riches balançant leurs ordures dans des pays en voie de développement…)

La crise sanitaire avait permis, avec les confinements, de faire respirer la planète. Avec les masques, nous allons vers une nouvelle catastrophe environnementale. 

Des campagnes de sensibilisation nécessaires

Les campagnes de sensibilisation à l’environnement par les ONG et associations ne sont pas nouvelles, mais on voit fleurir depuis plusieurs années des campagnes en faveur de l’écologie et de la biodiversité par des marques : c’est une voie qu’il est important de développer. Plus on sensibilisera, plus on proposera des solutions en ce sens, et plus nous aurons une chance de sauver notre habitat, pour nos enfants, mais pas que. 

facebook
Twitter
Follow

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :