Communication & marketing,  Mes articles,  Réflexions

La communication n’est pas qu’une histoire de marques5 min de lecture

Aujourd’hui plus que jamais, communiquer est indispensable. Imaginez le confinement à une autre époque que la nôtre, sans notre technologie. Aurions-nous pu tenir deux mois chez nous sans contact avec l’extérieur ? 

La vidéo

Il nous paraît tout à fait banal de communiquer en appel vidéo. Pourtant, si vous avez la trentaine, rappelez-vous à quel point cela semblait futuriste lorsque nous étions enfants. La technologie a évolué très vite depuis nos premières années : nous appelions nos amis sur un téléphone fixe, obligés de passer par la case “parents”, avant de parler au principal intéressé. Nous avons connu l’arrivée des premiers ordinateurs domestiques, un pour toute la famille, qu’il fallait partager. Puis internet 56K, qui bloquait les lignes téléphoniques de la maison, au grand dam de nos parents et de la facture de téléphone. Les téléphones portables sont arrivés, puis l’ADSL. Les forfaits illimités. Les smartphones. A chaque innovation, nous nous rapprochions un peu plus d’un futur imaginé. Et pourtant, tout cela nous paraît tout à fait normal aujourd’hui. 

La question est : comment vivrions-nous le confinement sans cette technologie ? La possibilité de voir les gens, même à distance, est une chance incroyable. 

Parfois, il est important de prendre du recul et observer la chance que nous avons. De relativiser notre situation. Je pense que nous sommes dans la période idéale pour prendre ce recul et observer notre condition d’un oeil beaucoup plus indulgent. 

Les méfaits de la sur-information

Si la technologie apporte du bon, il existe forcément le revers de la médaille. Bien entendu, tout progrès a sa part négative.

Et s’il est incroyable et positif d’avoir accès à une source d’information illimitée, il faut savoir l’utiliser à bon escient. Beaucoup passent énormément – beaucoup trop – de temps à lire des informations en ligne, sans forcément prendre le temps de les vérifier qui plus est. Tout cela est le meilleur moyen de s’angoisser : non seulement en suivant de trop près un événement tragique, en ingurgitant trop de détails qui amplifient la gravité de la situation, mais en absorbant également des informations erronées, qui ajoutent à cette angoisse. 

La sur-information n’a rien de bon : et savoir doser n’est pas forcément évident. Il vaut mieux limiter son temps passé sur la toile à s’informer, choisir ses sources/sites, faire attention à ne pas croire aveuglément tout ce qu’on lit. Voire demander à ses proches de ne plus partager – ou partager modérément – leurs informations (choisir les articles, ne pas paniquer ou faire paniquer). La sur-information provient principalement d’une sur-communication, notamment de l’entourage. Le plus important étant d’essayer de garder un état d’esprit positif et responsable

Les réseaux sociaux

Un sujet longuement débattu. Les méfaits du social media. En effet, une fois de plus le problème se situe dans le dosage : utilisés raisonnablement, les réseaux sociaux sont un outil puissant et très utile. Mais y passer trop de temps n’a rien de bon. 

L’avantage de cette période est que les réseaux sociaux, au lieu de nous présenter la vie rêvée des gens (ou plutôt les parts de vie que les gens veulent bien partager parce qu’elles montrent ce qu’ils réussissent le mieux), nous montre que nous sommes tous dans le même bateau, et renforce une certaine solidarité : nous nous donnons des tips pour occuper notre temps, pour optimiser les instants de solitude, etc. En ce moment, les réseaux sociaux ont deux effets positifs (outre les effets négatifs de la sur-information et du partage d’infos erronées) : nous remettre “à notre niveau”, nous faire relativiser – personne n’est mieux que l’autre, chaque vie se vaut – et nous divertir – la créativité explose et les posts humoristiques et artistiques se multiplient.

La bonne dose ?

Comme vous l’aurez compris, je suis partisane de la modération en ce qui concerne la technologie, surtout dans la période actuelle. Tout est dans la mesure. 

Parlons à nos proches régulièrement, mais n’oublions pas de prendre du temps pour nous, pour nous recentrer.

Informons-nous, mais choisissons bien nos sources et n’y passons pas trop de temps.

Profitons des réseaux sociaux et de ce qu’ils ont à nous offrir, mais n’y perdons pas notre journée, afin de passer une nuit apaisée et non agitée. 

Dans l’imaginaire collectif, lorsque l’on parle de communication, on pense rapidement aux marques, aux publicités, aux métiers. Mais la communication est avant tout un échange entre personnes, entre êtres humains. Aujourd’hui, nous avons la technologie nécessaire pour communiquer autant que nous le souhaitons. Mais cette communication, comme celle des marques, nécessite un bon dosage, une prudence, un véritable échange

La communication est indispensable car l’homme est un animal social et qu’il a besoin de contacts extérieurs. S’il a une certaine indépendance – plus ou moins importante selon le caractère de chacun – il ne peut se passer des échanges avec les autres, car nos interactions sociales sont une part importante de ce qui nous définit en tant qu’humain

facebook
Twitter
Follow

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :